Santé | SOPK : le Syndrome des Ovaires Polykystiques (règles irrégulières, acné, prise de poids…)

 

SOPK

 

SOPK… Ça ne vous dit rien ? Rien du tout, le « SOPK » ? Pourtant 1 femme occidentale sur 10 en souffre ! Peut-être pas vous, mais votre soeur, votre meilleure amie, ou l’amour de votre vie en est peut-être atteinte… Grand inconnu du public (et délaissé par le corps médical), ce désordre hormonal aux symptômes multiples est souvent très difficile à diagnostiquer si votre médecin n’est pas aussi compétant que vous le pensez.

Oui, à ce niveau là, on parle bien de compétence. Car c’est le dérèglement hormonal le plus répandu chez les femmes, et ce dès l’adolescence, et pourtant personne n’en parle ! Aucun poster en vue, ni à l’infirmerie du lycée, ni dans la salle d’attente du gynéco, pas dans celle non plus du nutritionniste ou du généraliste. Nulle part. Et c’est aberrant !

 

pcos-awareness-month

 

SOPK : les symptômes

On peut souffrir du Syndrome des Ovaires Polykystiques pendant des années, sans vraiment le savoir. Oh, par contre, on sait bien qu’il y a quelque chose qui cloche. Ça oui. Parce que notre corps ne se comporte pas comme celui de nos copines :

  • prise de poids, surpoids ou obésité
  • grande difficulté / impossibilité à perdre du poids
  • graisse abdominale
  • résistance à l’insuline / pré-diabète / diabète de type II
  • peau grasse, congestionnée, micro-kystes au menton
  • abcès / furoncles (généralement sous les aisselles ou près des parties génitales)
  • acné modérée ou forte (notamment kystique, et/ou sur la mâchoire ou le menton)
  • tâche rubis
  • hyper-pigmentation brune (cou, aisselles, intérieur des cuisses) due à une hyperinsulinémie
  • hirsutisme : des poils plus nombreux et plus épais, là où une femme ne devrait pas en avoir (autant) : visage, poitrine, ventre, dos ou intérieur des cuisses…
  • perte de cheveux (notamment sur les tempes et le dessus de la tête)
  • pellicules chroniques (dermatite séborrhéique)
  • pieds / mains froids / température corporelle basse
  • grande fatigue / longues heures de sommeil
  • insomnie (ou être un « oiseau de nuit »)
  • apnée du sommeil
  • dépression, changement d’humeurs
  • esprit embrumé, difficultés à se concentrer
  • règles irrégulières, manquées ou absentes (une contraception hormonale comme la pilule ou l’implant cachera ce symptôme)
  • douleurs pelviennes
  • ventre gonflé
  • kystes aux ovaires
  • difficultés à tomber enceinte / infertilité
  • cycles anovulatoires
  • carences fréquentes en vitamine D, B12, fer, magnésium, iode, zinc
  • rages de sucre
  • hypothyroïdisme
  • fatigue surrénale

Vous n’avez pas besoin d’avoir tous ces symptômes pour penser être atteinte du SOPK, juste quelques uns, à différents degrés (gardez à l’esprit que les photos qu’on trouve sur google recensent parfois des cas extrêmes).

Si vous avez encore un doute, sachez que si vous avez des problèmes au niveau de vos règles (pas d’ovulation, irrégulières, manquantes, absentes, impossibilité de tomber enceinte), une grande fatigue, de l’hirsutisme ou un problème de poids, vous avez très probablement ce syndrome, aussi appelé syndrome de Stein-Leventhal.

Afin de vous en assurer (ou de vous rassurer), le mieux reste d’en parler à votre médecin afin qu’il vous prescrive les tests médicaux nécessaires (ou à vous de les faire faire s’il refuse).

 

PCOS ovaries

 

SOPK : une définition

Le SOPK n’est pas une maladie, c’est – comme son nom l’indique – un syndrome : un ensemble de symptômes interdépendants, un peu comme un serpent qui se mord la queue. Le corps médical ne sait pas grand chose, pour être honnête : ni son origine, ni comment le guérir. Vous entendrez souvent qu’on ne guérit pas du SOPK (ce qui est faux).

Pour faire simple, votre corps ne parvient pas à ovuler normalement, car vos ovaires produisent plus d’androgènes (hormonale « mâle ») que nécessaire, ce qui provoquera des cycles longs et / ou anovulatoires (sans ovulation). En conséquence, l’ovule non expulsé va se figer dans l’ovaire, créant des petits sacs remplis de fluide, semblables à des kystes (sans vraiment en être). Vous aurez probablement aussi une résistance à l’insuline, c’est à dire que votre corps devra produire beaucoup d’insuline afin de transporter les sucres vers les cellules sans toutefois y arriver : beaucoup de sucre et d’insuline vont donc tourner « en boucle » dans votre corps, ce qui à terme mènera à un pré-diabète, ou un diabète de type 2, souvent une prise de poids (mais pas  toujours) et une grande difficulté à mincir. L’insuline va également stimuler les ovaires en leur faisant produire… trop d’androgènes (testostérone), qui provoquera de l’acné, un hirsutisme plus ou moins prononcé. A côté de ça, votre thyroïde et vos surrénales vont s’épuiser, provocant une grande fatigue et un cycle circadien complètement déboussolé (pas d’énergie le matin, et une monté de cortisol le soir, difficultés à s’endormir et à se réveiller le lendemain matin)…

Ça vous dit quelque chose ?

 

262522-INFO

 

SOPK : les risques

Que vous soyez encore dans le doute ou qu’on vienne juste de vous diagnostiquer, il est fort probable qu’une certaine angoisse puisse s’emparer de vous… Et il y a de quoi ! La moitié des femmes aux ovaires polykystiques développeront un diabète avant leurs 40 ans. Elles ont également – entres autres – des risques accrus de maladies cardiaques, de cancers des organes reproductifs (ovaires, utérus, col de l’utérus) et une infertilité plus ou moins partielle. Certaines femmes n’ovulent pas, et ne peuvent donc pas concevoir, tandis que d’autres arriveront à ovuler malgré des cycles longs…

Malgré tout, il ne faut pas être alarmiste, car il existe des solutions, et je crois profondément qu’on peut régler le problème naturellement et durablement, si on guérit la cause et non les symptômes.

Bon, et si j’ai bien un SOPK, qu’est-ce que ça veut dire ?

Le SOPK n’étant pas une maladie, il ne peut être « traité » à proprement parler. En conséquence, le corps médical essaye généralement de traiter chaque symptôme séparément, c’est donc ce qu’on appelle la médecine allopathique, la médecine moderne. Ils vous diront d’ailleurs que ça ne se guérit pas, qu’il faut vivre avec et le « gérer » toute sa vie. Ce qui veut dire prendre des pilules tous les jours, supporter les effets secondaires en plus du SOPK, être généralement sous un régime anti-diabète forcé.

Les médecins prescrivent généralement de la Metformine / du Glucophage, pilule pour réguler votre résistance à l’insuline et ainsi essayer de vous faire perdre du poids. Le problème étant les effets secondaires, dont le fait qu’elle accentue la carence en vitamine B12 ainsi qu’en acide follique (B9), vitamines vitales à votre santé et à votre guérison.

Tout ce que je peux vous conseiller à ce stade là, c’est de faire vos propres recherches. Ne restez pas là, défaitistes ou complètement perdues (parce que votre médecin ne vous explique rien clairement), agissez ! Sur la toile, vous trouverez tout et son contraire concernant les ovaires polykystiques, mais ne vous découragez pas. Testez les choses par vous-même, que ce soit au niveau alimentaire, sportif, la prise de médicaments ou de suppléments, toutes les solutions que vous trouverez : essayez-les si vous en avez envie.

 

67cec6050ef074343c724916c66f5a3f

 

 

Néanmoins, je vais vous donner quelques pistes :

 

NealBarnard_creditEvelyn Hockstein_PolarisDr Neal Barnard : Médecin américain, il a conçu un programme pour guérir le diabète de type 2 sans l’utilisation de médicaments, simplement par l’alimentation.

 

 

600_294636972 Dr Michael Greger : Probablement mon Docteur préféré ! Des vidéos YouTube abordables, informatives, courtes, une pointe d’humour et une vision large des choses permettant une remise en cause du monde dans lequel on vit, toujours avec de multiples preuves et études scientifiques à l’appui !

 

 

Success Healing PCOS : chaine Youtube d’une jeune anglaise qui a souffert du SOPK (Polycystic Ovarian Syndrome : PCOS en anglais) pendant une dizaine d’année avant de se tourner vers le véganisme crudivore, ce qui lui a permit de guérir rapidement et durablement. Aujourd’hui, elle donne ses conseils et a créé un programme spécifique.

***

Malheureusement, toutes ces références sont en anglais, le monde francophone est encore bien en retard pour tout ce qui concerne les routes alternatives, mais c’est tout doucement en train de changer… 😉

***

N’hésitez pas à partager vos questions et témoignages en commentaire ! Vous avez un SOPK ? Vous soupçonnez quelqu’un de votre entourage d’en être atteint ? Vous avez guéri ou essayé plein de traitements différents ? Ça m’intéresse !

 

 


*Cet article a un but purement informatif et il ne substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, ni ne vous encourage à arrêter votre traitement médicamenteux, seulement à user de votre esprit critique et, peut-être, envisager une voie plus naturelle si cela vous convient, soit en complément de votre traitement allopathique, soit à sa place, si telle est votre décision personnelle. N’hésitez pas à vous faire suivre par un spécialiste de la fertilité, un naturopathe, un ostéopathe ou tout autre médecin tourné vers le naturel pour vous accompagner dans ces choix d’une façon sûre et sans dangers.*

Publicités

26 réflexions sur “Santé | SOPK : le Syndrome des Ovaires Polykystiques (règles irrégulières, acné, prise de poids…)

  1. Marie-Noëlle dit :

    J’ai officiellement le SOPK depuis 3 ans (j’ai attendu un an avant d’avoir le verdict puisque mon médecin tenait à que je passe une échographie). Mes symptômes sont: la poussée de poil au niveau du cou, menton et le ventre. J’ai le ventre gonflées et j’ai du prendre 40-60 lbs en très peu de temps localisé surtout sur l’abdomen, fesses, hanches. J’ai essayé plusieurs pillules contraceptives, mais aucune ne me convient puisque je fais des migraines. Mes migraines pouvaient durer des jours et j’en faisait une 20aine par mois et des fois je me retrouvais à l’hôpital puisque la douleur était intense et j’avais une incapacité à me garder hydraté.

    J’ai recommencé à avoir des périodes de douleurs intenses aux ovaires. Quels sont vos trucs? Je vois un neurologue, un gynéco, un endocrinologue, une dermato et mon médecin de famille mais tout ce beau monde là « se passe la balle » plutôt que de réellement me conseiller dans ma situation?

    – D’une fille un peu à boute

    J'aime

    • mangueetmascara dit :

      Bonjour Marie-Noëlle,

      Merci pour ton témoignage. Je suis vraiment désolée de ce qu’il t’arrive…

      Malheureusement je n’ai pas de solution toute faite, mais une chose importante est de comprendre le problème dans son ensemble. D’abord au niveau alimentaire : qu’est-ce que tu peux améliorer, as-tu un soucis d’insuline, d’autres problèmes qui auraient pu amener à une prise de poids rapide (pulsions alimentaires, changement d’alimentation, arrêt du sport, etc).

      Ensuite au niveau du mode de vie : fais-tu assez d’exercice, dors-tu assez (bien), es-tu stressée, es-tu bien dans ta vie familiale, professionnelle, amoureuse ?
      Toutes ces choses sont des facteurs ou des déclencheurs du SOPK.

      En théorie, en réglant les problèmes d’alimentation, de carances, de mode de vie et de stress on doit pouvoir améliorer sa situation. Perte de poids, nutrition optimale, sport, sommeil, hydratation, relaxation et bien être général, c’est du bon sens, pas vraiment des « trucs », mais ça nous passe souvent par dessus la tête, moi compris. Pourtant il me semble que c’est la clé du problème !
      Je te conseille la lecture du livre « Balance your homones, balance your life » de Claudia Welch, un must read pour toutes les femmes, surtout celles qui ont des problèmes hormonaux comme nous !!

      Si tu dois commencer par quelque chose, je te dirais de boire au minimum 2L d’eau par jour. La semaine suivante essaie de dormir 1h de plus. Ensuite d’éliminer certaines choses de ton alimentation (laitages, viandes, et toutes les choses que tu digères mal ou qui sont lourdes), puis de commencer à faire du sport, tous les jours. Même si tu commences par 10 minutes ! Le tout est d’établir une routine de plus en plus saine. Lit beaucoup, renseigne toile plus possible… Je te souhaite beaucoup de réussite et de motivation, c’est ce qui me manque le plus… N’hésite pas à revenir par ici, on pourrait se motiver à plusieurs, c’est toujours mieux ! 😉

      À très vite !

      J'aime

  2. peylin dit :

    Je suis opk je l ai découvert il y a 3 ans, je prends la pilule depuis mes 15 ans et j’en ai 29 aujourd’hui. Malhereusement la pilule reste le seul remède contre la dystrophie ovarienne, en ce qui me concerne je ne la supporte pas, beaucoup d’effet secondaire et le foie fatigué, engorgé… c est dur de sentir qu il n y a aucune alternative dans notre cas, je souffre si je ne prend pas de pilule car je perd mes cheveux, acné, prise de poid, douleur ventre et bas ventre etc…
    C est un enfer, sous pilule les ovaires sont aux repos donc certains symptômes s’estompent un peu mais je perds tout de même mes cheveux et tout les effets secondaire de la pilule, douleur foie, intestin, diaphragme spasmé, difficulté respiratoire et douleur au dos. Dans les deux cas je souffre, les médecins ne connaissent pas bien ce syndrome et ne m’aide en aucun cas. J’essaie de trouver par moi même la cause de ma dystrophie, cela peut venir d’un dérèglement de l’hypophise, d’une insulinoresistance pré-diabète ou encore d’un problème de thyroide. J aimerais trouver une solution efficace qui m évite de prendre la pilule. je suis désespéré! Ps: merci pour ce site qui donne beaucoup d’info sur le sujet.

    J'aime

    • Audrey dit :

      Bonjour, avez vous consulté un médecin phytotherapeute? J’ai un rdv mi avril, je reviendrai vers vous si on me propose une solution alternative. Courage

      J'aime

      • nini07 dit :

        Bonjour, merci de votre réponse 😊
        Non je n’en ai pas vu… J ai vu endocrino et gynéco mais ça ne m’a aidé en rien étant donné qu’ils se foute de nos problème sous pilule, moi elle me rend malade mais je la prend car je n’ai pas le choix! Et vous, ou en êtes vous et quels symptomes avez vous avec la dystrophie?

        J'aime

      • peylin dit :

        Bonjour, merci de votre réponse 😊
        Non je n’en ai pas vu… J ai vu endocrino et gynéco mais ça ne m’a aidé en rien étant donné qu’ils se foute de nos problème sous pilule, moi elle me rend malade mais je la prend car je n’ai pas le choix! Et vous, ou en êtes vous et quels symptomes avez vous avec la dystrophie?

        J'aime

    • mangueetmascara dit :

      Merci à toi pour ce témoignage. Ce syndrome peut effectivement être frustrant et la médecine occidentale ne nous aide pas beaucoup. Cependant, la pilule n’est jamais un remède, tout au plus un pansement, qui a beaucoup d’effets secondaires négatifs comme tu le soulignes… J’ai vu beaucoup d’amélioration grâce à l’alimentation, et encore d’avantage en prenant les complément alimentaires dont j’avais besoin (après prise de sang), ce qui a éliminé mon acné en quelques semaines. Les OPK, c’est un sujet vraiment complexe qu’on a tendance à aborder symptôme par symptôme, alors qu’il reflète un état général de stress et d’inflammation à régler globalement… J’espère que nous trouverons rapidement une solution qui aidera le plus grand nombre de femmes possible !

      J'aime

  3. Audrey Rondoudou dit :

    Bonjour et merci pour cet article,

    Entre mes 16 et mes 19 ans, j’ai pris 50 kilos sans raison (passée de 60 à 110 kg…) et quelques années plus tard, j’étais à 125 kg. J’ai été diagnostiquée OPK à 20 ans. Des problèmes pileux, des règles qui font du grand n’importe quoi ou quasi-inexistante. Une prise de poids axée principalement sur le haut du corps (obèse et en plus mal foutue 😅). Et toujours cette boule au ventre car pour les gens, si on est gros, c’est qu’on se goinfre 🙄.

    J’ai pris Androcur et Provames quelques années mais – même si ça améliorait grandement mes problèmes pileux – je n’aime pas l’idée de prendre des médicaments tous les jours.

    Bref, en 2013, j’allais très très mal (épuisée tout le temps, mal partout, douleurs osseuses, vertige, déprimée, etc.), une amie a présumé que j’étais intolérante au gluten et au lait de vache/chèvre. J’ai donc arrêté tout cela (tolérance zéro) et au bout d’un mois seulement je revivais enfin. Un vrai miracle ! J’ai perdu 20 kilos en un an. Rapidement, mes règles sont devenues régulières comme jamais et je n’ai presque plus de problèmes pileux (hormis au menton et j’envisage le laser). Mon taux de glycémie est ok.

    Depuis 3 ans maintenant, ma vie a complètement changée, même si mon poids est bloqué à 105 kilos, ma silhouette a changé, j’ai repris le sport (natation, vélo, marche) et je me suis remusclée, et j’ai perdu beaucoup de tailles de fringues (je suis passée du 60 au 48 en haut / du 52 au 46 en bas).

    Voilà ma petite expérience, je continue le sport, j’en ai un peu marre de pas perdre de poids 😟 malgré tous ces efforts mais je tiens bon, même si c’est vraiment pas facile tous les jours.

    J'aime

    • mangueetmascara dit :

      Merci beaucoup Audrey pour ton témoignage, c’est fantastique que tu aies mis le doigt sur ces intolérances ! As-tu essayé d’être végétarienne quelques temps ? Peut-être que ça pourrait booster une perte de poids. Je te le souhaite en tous cas.
      Chez moi, le mystère n’est toujours pas résolu ! C’est vrai que le sur-place est décourageant, alors si tu veux qu’on se soutienne et qu’on se motive, n’hésite pas à me contacter ! ❤ mangueetmascara@gmail.com D'ailleurs toutes celles qui en ont besoin le peuvent !! 🙂 Venez me faire un coucou !

      J'aime

  4. Nanie DG dit :

    Bonsoir,

    J’ai constamment des douleurs aux ovaires. Il y a quelques années, ma gynécologue a découvert des kystes « sympthomatiques » sur mes ovaires. Quelques temps plus tard, j’ai fait une bartholinite.

    Depuis plusieurs nuit, je dors très mal. En position allongée, j’ai toujours très mal aux ovaires, et c’est atroces dès que je me mets sur le côté.

    Je suis suis Myréna depuis 12 ans et il me convient.

    Je souffre d’un nodule sur la thyroïde et du syndrome de Reynaud.

    Je voudrais consulter, mais ma gynéco a pris sa retraite et je n’ai pas de remplaçant qui veuille me recevoir.

    J'aime

    • mangueetmascara dit :

      Bonsoir,
      Je suis bien désolée pour vous… Etes-vous sûre que le miréna vous aille tant que ça ? Vous n’avez peut-être pas de SOPK, mais votre corps est très enflammé malgré tout… Continuez à chercher un gynéco et pourquoi pas un médecin holistique du genre ostéopathe par exemple. Je ne peux que vous encourager à chercher des informations par vous-même sur le net, de comprendre quelle est la cause de tous ces symptômes douloureux… N’hésitez pas à nous tenir au courant !

      J'aime

  5. Marine dit :

    Bonsoir,

    Merci pour ton article je souffre des sopk depuis l’age de 14ans je prend la pilule pour stabiliser mes cycles et qui evite de me declencher les symptomes que je redoute pilosite et chute de cheveux bientot il faut que je me lance malgres mes peurs et arrete la prise de pilule ! Jai fait des recherches et la solution apparament et la nourriture activites physique ou lomeopathie plantes « ops houblon, guatillier trefle rouge » pour lalimentation je suis un peu perdu je ferais attention au sucre…nous n’avons pas dautre choix que se debrouiller par nous meme vu qui ne trouve pas de remede !!! Si vous avez des conseils 🙂 pour reduire le niveau de testosterone ? Je trouve un peu de reconfort avec cet article merci

    J'aime

    • mangueetmascara dit :

      Hello Marine 🙂
      Je tâtonne moi aussi, mais effectivement, l’alimentation me semble la base, ainsi que le sommeil, l’hydratation et l’exercice ! Si un de ces composants disparaît, il me semble que tout s’effondre…
      Pour l’instant, je ne peux donner de conseils, mais j’essaye sur moi-même des plantes qui ont pour but d’aider le SOPK, notamment la pilosité, mais il faut laisser du temps au temps… Dès que j’en saurai plus, je ferai un article là-dessus !
      Dans tous les cas, je peux dire qu’un régime végétalien basé sur les plantes entières (plus il y en a, mieux c’est, mais disons au moins 50%) a grandement amélioré mes résultats sanguins !
      Tiens nous au courant de ton avancement, et si les plantes que tu as cité ont un effet sur toi. 🙂
      Bisous, à très bientôt ❤

      J'aime

      • Marine dit :

        Oui je fait beaucoup de recherche en ce moment pour cela je n’ai jamais eu de probleme de poids avec la pilule mais avant de l’arreter je vais supprimer les sucres et essaye de manger sainement en plus du sport j’ai rdv avec une diabetologue endocrinologue jai des questions a lui posé et egalement voir si je suis resistante a linsuline J’ai egalement vu que le labo biophenix propose equilibre feminin methode O Et methode P a linterieur ils regroupent toutes les plantes pour lequilibre feminin notamment les oestrogene like, les graines de nigelle 2cuilleres a soupe plus 2cuilleres 2pollen de palmier et 2cuillere pollen dabeille plus 250g de miel pur avec un peu de gelee royal prendre 1 cuillere tous les matin du 1er au 14eme jours ( je vous dirais les resultats sur la regulation des cycles) il faut se battre contre ses symptomes ! Jespere qu’on reussira a avoir de beau resultats ne pas pedre confiance… La nature peut nous permettre dattenuer les symptomes jen suis sur!! L’insuline joue un role dans la production de testosterone apparament donc il faut reduire le taux dinsuline dans le corps… Les resultats sanguin que tu a fait se sont ameliores par rapport au sucre ? Merci pour ta reponse je me sens moins seul hihi les symtomes des sopk sont tellement nul!!! 🙂

        J'aime

      • mangueetmascara dit :

        Hé bien à en croire mes résultats sanguins, je n’ai pas de SOPK ! Enfin plus, depuis que je suis VG. Mais pourtant j’en ai encore tous les symptômes.
        Effectivement la glycémie est primordiale pour nous, je te conseille de te renseigner sur les méfaits du gras sur le taux de glucose sanguin ! Car c’est en fait le gras qui provoque le diabète de type 2. Ce n’est pas moi qui le dit, bien évidemment…
        Je pense faire prochainement une expérience alimentation / glycémie sur moi-même et en faire un article détaillé. Le sucre est-il notre ennemi ? Ou bien le gras ? Dans quelles proportions, etc…

        J'aime

  6. Didou dit :

    Bonjour et merci pour ce bel article qui résume tout et qui m’a fait énormément de bien. Je me suis reconnue en quasiment tout point.
    Je n’avais pas mis mon état de santé sur le compte de l’opk. Pourtant j’ai été diagnostiqué il y a longtemps. C’est vrai que les médecins ne savent pas. Apres 10ans de traitement hormonal j’ai tout arrêté. Mon corp ne supportait plus rien. Ca était la cata! Mais J’ai réglé l’hirsutisme par le laser, le cycle par l’homéopathie, le poid par l’arrêt quasi complet du sucre (même si j’ai repris et les kilo avec). L’acné sur le manton par contre est toujours là ainsi que le syndrome pre-mentruel qui commence dès la deuxieme semaine cycle et pr les bébé rien avoir … je n’ai juste pas encore trouvé avec qui essayer 🙂 Par contre ma fatigue qui est quasi constante aucun médecin ne l’a associé à l’opk et pourtant j’en souffre. Comment expliquer à mon entourage amical et professionnel que l’on puisse être toujours fatigué du soir au matin et du matin au soir … je me fatigue moi même de tout le temps le dire. 😉
    Merci encore

    J'aime

    • mangueetmascara dit :

      Merci Didou pour ce témoignage. Je suis désolée que tu aies dû passer par tout cela. C’est une bonne chose si tu as réussi à réguler tes cycles, bravo ! Qu’est-ce que tu prends exactement ? Cela pourrait être intéressant 🙂 As-tu pensé à faire des tests sanguins et à te supplémenter ? Je ferais probablement un article là-dessus quand je reprendrai le blog, mais certains éléments sont indispensable à une future guérison : fer, vitamine B12 (attention à la metformine qui provoque des carences), vitamine D, magnésium, au minimum… Depuis quelques mois j’expérimente avec différents suppléments et plantes, j’en parlerai quand j’en saurai d’avantage, mais j’ai vu mon niveau d’énergie grimper en flèche depuis ! Si je dors assez (min 8h), je me lève en pleine forme ! Alors qu’avant, même avec 10-12h de sommeil j’étais fatiguée en me levant… Aussi, on sous-estime l’importance de l’alimentation, surtout par rapport au problème de la résistance à l’insuline. Renseigne-toi du côté du végétalisme « whole food », c’est à dire de produits entiers (non transformés/raffinés). Il ne faut pas tomber dans le fatalisme, mais essayer de se prendre par la main, gentiment, et faire de son mieux, garder l’esprit ouvert et essayer tout ce qu’on peut (de naturel 😉 ) ! À très bientôt Didou.

      J'aime

      • Audrey dit :

        Bonjour,
        Pourriez en dire plus sur ces suppléments en plante qui ont booster votre énergie ? Je cherche désespérément une solution à ma fatigue et aussi aux troubles de l humeur (forte irritabilite) merci d’avance.

        J'aime

      • mangueetmascara dit :

        Bonjour,
        Pour l’énergie c’est un ensemble, prendre des plantes sans changer son mode de vie ça ne sert à rien je pense… Ce qui m’a fait du bien, c’est de palier à mes carences en prenant les bons compléments alimentaires ! Le mieux est de faire un bilan sanguin le plus complet possible, et ensuite de se supplémenter et de suivre ses niveaux de temps en temps. Le fer, la B12, le magnésium, le zinc et autres vitamines et minéraux, on est souvent en carence sans même le savoir… Pour l’irritabilité, les problèmes d’hormones peuvent se rajouter à d’autres choses « facilement » traitables (manque de sommeil, manque de glucides / nourriture, relations humaines insatisfaisantes, travail stressant)… Déjà si on règle ça, plus les suppléments, il devrait y avoir une énorme amélioration ! Le SOPK est aussi une « maladie » du stress, il faut chercher à se rendre la vie plus facile pour apaiser ses hormones.
        J’espère que ça aura pu vous aider un peu 🙂
        A très bientôt.

        J'aime

  7. Celtina dit :

    Bonjour et merci pour votre article.

    Cela fait quatre ans que j’ai été diagnostiquée et je reconnais tout à fait les réactions du corps médical français dans ce que vous décrivez.
    Je me suis beaucoup informée ( en anglais), il est vrai qu’aux US c’est vraiment considéré comme un pb de santé.
    Pour ma part, j’ai changé de mode d’alimentation. Principalement légumes, protéines, faible index glycemique et du sport régulier. Résultats : stabilisé mon poids et j’ai eu un petit garçon. En maintenant un cycle régulier (même si un peu long) alors qu’avant aménorrhée de plusieurs mois, kystes qui ont disparus et moins 10kg.
    Le médicament qui m’a aidé et qui est une alternative à la metformine (sans effet secondaire, et utilisé en medecine chinoise depuis des siècles) est la berberine.
    Aujourd’hui je souffre encore et très fortement d’acné mais je planche sur un apport en DIM (base crucifères) qui pourrait aidé en ce qui concerne les œstrogènes.
    Il y a aussi à travailler sur le traitement de l’insuline. Ce qui est dans mes objectifs prochains.

    Merci encore pour votre article.

    J'aime

    • mangueetmascara dit :

      Merci à vous pour ce joli témoignage, et félicitations pour votre petit garçon, quelle joie ! Je ne connaissais pas la berberine, je l’ajoute à ma liste de soins alternatifs, c’est très intéressant. Concernant l’acné, j’ai souvent souffert d’acné kystique (joues et menton), parfois les boutons restaient des semaines entières, mais aujourd’hui j’en suis à 99% guérie grâce au végétalisme. Les seules fois où je peux en avoir, ils sont assez petits, se résorbent d’eux-même, et sont liés à un excès de gras. Au delà de manger des aliments à IG bas (dont les fruits ! malgré ce que nous disent nos chers docteurs), le plus important est de garder le gras (et les hormones extérieures) à un minimum : pas de laitages (gras + hormones), pas de viandes (gras + hormones), pas d’œufs (gras / cholestérol), pas d’huiles (même de coco ou d’olive, ni crues ni cuites). Je vais faire un article spécial « alimentation sopk » je pense, car tout le monde dit de réduire les sucres alors que le problème est tout autre, y compris pour les diabétiques ! Je vous conseille d’essayer de réduire drastiquement votre gras pendant quelques semaines, cela fera baisser votre niveau d’inflammation générale, dont votre acné qui n’en n’est qu’un symptôme… Je vous souhaite beaucoup de réussite, à très bientôt !

      J'aime

      • Masardo dit :

        Merci ! Oui ce serait très intéressant un article sur l’alimentation OPK. C’est vrai que j’ai recommencé à manger du fromage !!!
        Bonne journée à vous
        Celtina

        J'aime

      • mangueetmascara dit :

        Super, je vais avancer sur cet article dans les prochaines semaines alors ! ^^ Ah le fromage… Probablement la chose la plus difficile à arrêter. Mais vous allez y arriver ! Il n’y a pas de raison. 🙂 À très vite.

        J'aime

    • mangueetmascara dit :

      Merci Marine 🙂 Oui, toutes les femmes devraient savoir ce que c’est, au même tire que le diabète ou le cancer du sein… C’est plus connu aux USA, mais on est toujours un peu à la traîne ici… On va changer ça ! 😀

      J'aime

Dis-moi tout !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s